le-gout-du-desamour-440869-264-432

Présentation de l’éditeur

Comment la seule vision d’une paire de fesses bien fermes d’un joueur de beach-volley peut transformer le sinistre destin d’une femme en hymne à la lubricité…

C’est sans une once de compassion que Delphine, 30 ans, regarde son mari – riche, vieux et célèbre – se noyer dans leur piscine au moment même où elle s’apprêtait à le quitter. Car cette épouse modèle, mais totalement insatisfaite, venait juste de prendre conscience de l’inanité de son vécu de bourgeoise rangée.

Bien décidée à rattraper le temps perdu, la veuve joyeuse va alors multiplier les expériences et les initiations. Faisant fi de toutes les conventions de son milieu, elle se livre sans complexes à des débauches grand format : amours débridées avec un tout jeune homme, pratique du libertinage à outrance, saphisme dévergondé, exhibitionnisme outrancier…

À cela s’ajoutent de mystérieux poèmes érotiques envoyés par un inconnu et une enquête policière autour du décès de son mari, pas si clair que cela aux yeux de la police.

Tous les ingrédients sont réunis pour offrir une histoire riche en rebondissements qui explore toutes les facettes de l’émancipation féminine.


 

~~~~~~~~~
Biographie de l'auteur

Originaire du Nord de la France et toulousaine d’adoption, Delphine Solère, qui exerce le métier d’éducatrice auprès d’adolescents en difficultés sociales et familiales, écrit avec Le Goût du désamour un premier roman dans un style hyperréaliste, mêlant avec beaucoup de sincérité l’érotisme le plus audacieux à la réflexion sur la vie d’une femme moderne, prise dans ses contradictions et écartelée entre ses désirs et son histoire.
Elle livre ce roman à son image : pieds sur terre, tête dans les étoiles, et corps en fête.

 

 

~~~~~~~~~
Partenariat, forums et lectures communes.

Lecture en partenariat avec le forum Have a Break, Have a book.

 

~~~~~~~~~
Mon avis :

 

Delphine et Jean-Jacques sont mariés et ont 30 ans d'écart. Il est animateur radio plutôt célèbre, elle mène une vie oisive et riche.

Et soudain tout change! Lors de ses vacances au Touquet, Delphine se rend compte de ce qu'est sa vie avec J-Jacques et décide de le quitter.

Quelques brasses dans la piscine pour lui, elle va lui dire. Voilà c'est dit! Pourquoi ne stoppe-t-il pas? Et puis ça y est, il réagit, lève un bras et son visage se crispe. Il fait une attaque. Delphine est là, elle s'en va.

Le lendemain elle appellera la police pour signaler sa disparition puis la macabre découverte dans la piscine.

Plusieurs événements alors s'enchainent: la venue de Gilles, le collaborateur de J-Jacques et cette aventure qu'ils ont, ces lettres poétiques et anonymes de ce soupirant inconnu, et surtout cette sensation de renaissance qu'éprouve Delphine.

C'est décidé elle va rattraper le temps perdu et cela passe par la redécouverte de plaisirs simples (marcher sous la pluie, lire un livre qui ne soit pas un Goncourt...) mais aussi de soi et de son corps. Ce corps qui, se rend-t-elle compte a lui aussi besoin de revivre et d'éprouver à nouveau des sensations.

Alors de retour à Paris, une fois les funérailles faites, Delphine reprend contact avec Gilles qui lui a proposé des "aventures sensuelles" avec des amis de toute confiance. Cela la fait sourire "aventures sensuelles" , synonyme politiquement correct de partouze.

Elle va alors découvrir un nouveau monde rempli de félicité et de sensualité au travers de pratiques sexuelles nombreuses et variées (saphisme, partouze, sodomie, soumission...)

 

Comment décrire mon sentiment à la lecture de ce livre? Surprise par la sensualité exprimée et les mots pour le faire.

Delphine est une jeune femme, qui par peur de la pauvreté et d'une vie comme sa mère, accepte de se laisser tout d'abord entretenir puis épouser par un homme beaucoup plus âgé qu'elle. Il lui faudra des années avant de se rendre compte que l'émerveillement n'est plus, que sa vie de riche est devenue celle de tous les autres grands bourgeois coincés dans un carcan social annihilateur d'individualité.

Alors lorsqu'au hasard de vacances au Touquet, la vue d'un postérieur sexy lui ouvre les yeux, son introspection commence et avec elle le besoin de sortir de ce piège de l'effacement de soi au profit d'un contexte social guindé.

Elle est alors prête à tout quitter pour se retrouver. La mort par noyade de son époux sous ses yeux sera sa délivrance.

C'est alors que Delphine se lâche. Elle est prête à rattraper le temps perdu.

Que ce soit dans la description des sentiments de Delphine ou des expérimentations nouvelles qu'elle va essayer, l'auteure a su garder un style tantôt poétique tantôt langoureux, il coule comme une eau de source tantôt rafraichissante tantôt pétillante de sensations.

Delphine nous émeut par sa recherche du plaisir, et en même temps nous effraie par sa nouvelle libéralité sexuelle. Elle est prête à tout tenter et même si certaines situations particulières ne sont pas de mon goût, je ne peux pas dire que j'ai été choquée ou gênée par ma lecture. Les scènes érotiques sont imagées et sensuelles, certaines peuvent aussi vous faire ressentir quelques émois profonds. Leur description est telle que l'on sent le plaisir des protagonistes et cet abandon de soi qui nous troublerait presque.

Elle vit chaque expérience à sa juste valeur, comme une découverte de nouveaux plaisirs et si parfois les débuts sont timides, elle suit sa nouvelle ligne de conduite et se laisse ensuite aller à ressentir et à revivre intimement.

Lorsqu'enfin elle découvre l'amour et qu'il lui apparaît alors impossible, notre sentiment à son encontre bascule vers une émotion plus douce. Oui elle se lâche et s'oublie dans les bras d'hommes et de femmes tous différents mais cependant son cœur lui n'est pas encore touché. Alors quand tout à coup cela arrive on vit avec elle ce trouble de la découverte.

J'ai vraiment aimé la manière d'écrire de l'auteure et même si je ne me suis pas identifiée à notre héroïne, j'ai suivi avec attention et émotion ses émois et ses doutes.

Sa nouvelle vie met en exergue les différences qu'il y a entre l'affichage de la liberté des soi-disantes sphères élitistes et leur véritable tolérance.

On vit avec elle cette nouvelle liberté qu'elle s'octroie et même si je ne suivrai pas ses pas je peux comprendre son besoin de se retrouver et de se sentir libre à nouveau. Elle est telle l'oisillon qui quitte le nid le jour où il apprend à voler, timide tout d'abord puis de plus en plus assurée.On a cependant peur qu'à partir trop vite elle ne se brûle les ailes.

Le personnage du flic, Zanecchi, lui aussi est touchant. On le découvre petit à petit ainsi que son implication dans l'histoire de Delphine et de sa nouvelle vie. Il est là où on ne l'attend pas. Il est celui que l'on découvre sensible, poète à ses heures, amoureux et effacé. J'ai apprécié cette image de l'homme qu'il véhicule, sobre et cependant troublant.

En bref, c'est un joli moment de lecture que j'ai eu là avec de l'émotion et quelques troubles dans la vision grivoise de l'émancipation féminine vue par Delphine.

 

Une réflexion plutôt bien imagée de l'émancipation féminine dans ces excès et libéralités mais cependant empreinte d'émotions et de sensualité.