054 - Radu Dracula 6Présentation de l'éditeur

Après avoir acquis la certitude que les vampires n'étaient pas des êtres de légende, Gary venait d'acquérir celle qu'ils n'étaient pas tout à fait immortels. Une découverte qui, cependant, ne lui enleva pas de l'esprit l'ambition d'en devenir un. Quand Radu Dracula meurt en Octobre 1476, il ne sait pas que sa vie ne fait que commencer. Le Diable lui confie une quête qui justifie sa condition de non-mort. Dans ce sixième et dernier opus : Que celui qui peut comprendre, comprenne. Toutes les pièces sont en place pour le dénouement de cette aventure. Radu Dracula, Sa fille Maria, le Diable, Judas, Mina, Torquemada et bien entendu le dernier descendant du Christ. Le rideau peut se lever sur la scène finale.

 

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Difficile d'échapper à l'attrait du fantastique quand on a grandi dans un cimetière.

Après avoir appris à marcher dans le cimetière de Cherbourg qui abritait la maison de son grand père (gardien du lieu de repos des défunts), Philippe Lemaire manifeste très tôt une disposition naturelle pour le dessin.
Dissuadé de tenter une aventure professionnelle dans ce milieu hasardeux, il œuvrera pendant une décennie aux Pompes Funèbres Générales avant de tenir un bar / club de billard pendant une autre décennie.
Finalement, sa passion pour le dessin le rattrapera à plus de 40 ans et il sort sa première bande dessinée, "16 rue du repos", fruit d'un travail en collaboration avec l'auteur/éditeur Philippe Ward.
Ce dernier réussira à le convaincre de s'essayer aussi à l'écriture, et la série des Radu Dracula voit le jour en 2011.
Il œuvre aujourd'hui aussi bien dans le domaine de la bande dessinée et de l'illustration que dans l'écriture, le plus souvent sans s'éloigner de son thème de prédilection.
Il est vrai que quand on a grandi dans un cimetière...

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec le forum Au cœur de l’Imaginarium et les éditions Rivière Blanche.
Lecture dans le cadre du challenge Mystérieux mystère de Frogzine.

Challenge mystere Mars 2017 Frogzine

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Et voici arrivé le dernier tome de la série Radu Dracula. 

Cette série que j'ai adorée dès le départ et qui n'a pas démérité au cours des 5 précédents tomes. 

En tant que lecteur je ressens toujours un drôle de sentiment de voir arriver la fin d'une aventure. De plus, ici, la quête de Radu est globalement à contrecourant des romans habituels. Nous suivons tout de même le roi des Vampires à la recherche du dernier héritier de Dieu et ce pour le mener à Satan.  C’est sa quête du Graal personnelle. On peut donc dire que le lecteur est mitigé sur la fin de quête qu'il souhaite et du coup fortement curieux de voir jusqu'où va aller Philippe Lemaire et surtout comment il a su terminer cette quête pour nous surprendre tout en nous gardant attentif jusqu'au bout. 

Cruelle ironie!! J'aime beaucoup les personnages tous autant qu'ils sont. 

Radu Dracula, prince strigoï de son état, n'est vraiment pas l'archétype du mec sympa. Déjà c'est le roi des Vampires mais surtout ce n'est pas sa compassion qui l'étouffe. Cruel, arriviste, ce qu'il veut c'est réussir sa mission pour Satan.
Alors ? Me direz-vous. Comment peut-on avoir envie qu'il réussisse ?
Tout simplement parce que malgré cela l'auteur a su nous le rendre attachant. On le suit tout de même depuis 5 tomes au fil des siècles. On a pu voir son évolution au travers des expériences vécues face à Torquemada. Il n'est pas insensible ou hermétique aux sentiments. Il est juste très pragmatique et un peu trop axé sur sa survie. Mais qui ne le serait pas à sa place. Finir sa mort et après dans le royaume de Satan à "bénéficier" de ses largesses ne me paraît pas une situation enviable. "Chaleureuse" sûrement mais très douloureuse surtout. 

Maria, de son côté, est encore « jeune » et sa "rébellion adolescente" de non-morte nous la rend là encore très attachante. Elle est restée fidèle à elle-même et à ses croyances malgré la non-mort et c'est tout à son honneur. Elle pourrait représenter le camp du milieu de par sa nature vampirique et ses aspirations. 

Du coup là encore on se demande si elle ne devrait pas être celle qui va terminer cette quête. 

Et puis il nous reste le camp "adverse". Celui de Judas Iscariote que nous avons eu le loisir de rencontrer à maintes reprises et dont la version des faits sur les derniers jours du Christ pourrait faire dresser les cheveux sur la tête des plus fervents chrétiens. Avec lui le dernier descendant. 

Ne serait-ce pas logique que ce soit le Bien, le côté de Dieu qui gagne?

C'est là tout le paradoxe de cette série. Au final le lecteur ne sait plus trop pour qui voter. 

Alors quand arrivent les dernières pages et que l'on découvre LA solution de Philippe Lemaire on se dit « Ahhh», « AH ! », "ouf!", "mince alors!!" ou bien même "flûte" selon nos aspirations mais en tout cas une chose est sure on ne s'y attendait pas. 

Cette fin montre que l'auteur sait faire montre d'auto dérision et qu'il en a encore en réserve. Elle me trouble cependant un peu comme la plupart des fins de séries car elle semble toujours se dérouler trop vite. Un léger sentiment de désappointement m'a traversé et puis je l'ai relu à nouveau et j'ai fait mon deuil. 

Radu m'a accompagné ainsi sur six tomes tous aussi intéressants les uns que les autres et je remercie les éditions Rivière Blanche pour le privilège que j'ai eu à les vivre chacun les uns après les autres. 

La plume de Philippe Lemaire mérite que l'on s'y attarde et l'histoire de cette quête du Graal à la mode vampirique est suffisamment bien menée pour ne jamais lasser. 

C'est donc, en conclusion, une aventure que j'ai adoré suivre et que je referme à regret. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et rien ne m'empêchera de m'y replonger à loisir à un autre moment.