radu dracula integrale

Présentation de l'éditeur

Quand il réalisa qu'il avait été enterré vivant, le prince Bogdan s'efforca de contrôler la panique qui l'envahissait, mais sans réellement y parvenir. Immobilisé dans sa gangue de sapin, il pouvait à peine bouger les bras et les jambes, tandis que les battements de son coeur affolé ne lui parvenaient même plus...

Quand Radu Dracula meurt en Octobre 1476, il ne sait pas que sa vie ne fait que commencer. Le Diable lui confie une quête qui justifie sa condition de non-mort.

Dans ce cinquième Opus, Radu se rapproche de sa proie. De son côté, affaibli, Judas Iscariote veille et, malgré Mina, parvient à prévenir le dernier descendant du Christ du danger qui le guette. Alors que dans son monastère pyrénéen, Torquemada attend patiemment que son piège se referme sur le vampire, la poursuite continue...

Après Prenez et buvez, ceci est mon sang, Que cette coupe s'éloigne de moi, L'un de vous me livrera ! Et Jésus, Fils de David, aie pitié de moi! Philippe Lemaire continue à réécrire le mythe du vampire et sa quête du Graal. Une nouvelle vision de Dracula.

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Difficile d'échapper à l'attrait du fantastique quand on a grandi dans un cimetière.

Après avoir appris à marcher dans le cimetière de Cherbourg qui abritait la maison de son grand père (gardien du lieu de repos des défunts), Philippe Lemaire manifeste très tôt une disposition naturelle pour le dessin.
Dissuadé de tenter une aventure professionnelle dans ce milieu hasardeux, il œuvrera pendant une décennie aux Pompes Funèbres Générales avant de tenir un bar / club de billard pendant une autre décennie.
Finalement, sa passion pour le dessin le rattrapera à plus de 40 ans et il sort sa première bande dessinée, "16 rue du repos", fruit d'un travail en collaboration avec l'auteur/éditeur Philippe Ward.
Ce dernier réussira à le convaincre de s'essayer aussi à l'écriture, et la série des Radu Dracula voit le jour en 2011.
Il œuvre aujourd'hui aussi bien dans le domaine de la bande dessinée et de l'illustration que dans l'écriture, le plus souvent sans s'éloigner de son thème de prédilection.
Il est vrai que quand on a grandi dans un cimetière...

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec les éditions Lune ecarlate

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Cette fois Philippe Lemaire a tenu à nous montrer l'autre côté de la médaille et c'est donc avec la vision de Judas Iscariote mais aussi celle du dernier descendant de Jésus Christ que nous allons entamer ce cinquième tome. 

Et même si les renseignements collectés alors sont passionnants, ils ne réussissent pas à nous faire oublier la scène finale du rôle précédent et la curiosité qu'elle nous avait laissé ressentir. 

Quel était ce bruit immense qui venait de la partie du château où Radu a enfermé Maria? Que se passe-t-il?

Elle devra donc encore attendre quelques chapitres pour été satisfaite. 

Cependant le scénario n'en est pas moins intéressant du fait des informations que nous collectons enfin sur l'autre partie de ce duel millénaire.
Le descendant du nazaréen semble un homme terre à terre et pas intéressé outre mesure par les élucubrations de ce judas Iscariote qui semble le poursuivre de ses lettres. Il faudra cependant un événement qui aurait pu être dramatique pour lui et les siens pour qu’il ouvre les yeux et décide d’écouter enfin ce qu’il a à lui dire.
Nous pénétrons ainsi plus avant dans le récit mais aussi dans l’histoire de cette quête du point de vue de Dieu et non pus de Satan.

Car outre Judas, le descendant de Dieu va avoir affaire aussi à notre confrérie de moines espagnols si « sympathiques » et au grand Inquisiteur lui-même.

La quête de Radu semble arriver à son terme soit par son échec total, soit par sa réussite, mais ce tome nous entraîne inéluctablement vers un dénouement surprenant.
Et quel dénouement ! Au final une question me reste en suspens, comment cela se terminera-t-il ? Car même si l’on peut considérer que je me suis avancée en prédisant un épilogue à cette quête dans ce tome, la suite reste vague et bien mystérieuse et nous plonge encore dans le chaos.
Et de fait, c’est ce que j’aime avec cette série, nulle lassitude à suivre Radu dans sa quête du Graal car chaque fois l’auteur trouve de quoi nous sustenter à notre faim et en même temps nous donner encore à nous pourlécher les babines en imaginant la suite.

Un très bon tome encore qui nous tient en haleine mais surtout nous permet une incursion du côté des hommes de Dieu et du descendant du Christ ce qui nous permet ainsi de cerner dorénavant tous les protagonistes de cette histoire.