Shâra #2 Les voiles d’Azara
Charlotte Bousquet
Editions Mnemos
Sortie le octobre 2020 

247 - Shahra 2 les voiles de Nazara

Chroniques

Le premier tome de Shâhra m’avait troublée à de nombreuses reprises pour tout ce qu’il amenait de réflexion sur la condition de la femme au travers du destin de 4 femmes différentes et similaires à la fois.
C’est avec plus que du plaisir que je les ai retrouvées ici.
Arkhane et son compagnon Fhul, Tiyyi et Enno, Djiane et Âmel. Ces duos forts vont être amenés à se retrouver comme le stipule la prophétie énoncée par Aya Sin au maléfique Malik, le chef vorace de vie de la caravane.

Cette fois encore, Charlotte Bousquet nous emmène dans un roman profond, aux multiples arcanes et tisse sous nos yeux avides des liens qui vont nous enchaîner à eux.
Nous avons suivi ces trois femmes et leurs compagnons, souffert de leurs passés, puis espéré avec elle un avenir moins sombre. Le lien que l’auteure tisse entre ses femmes et leurs animaux sont forts. Ils ne sont pas les héros de ce roman mais leur place prend de l’ampleur au fil des pages en tant que complice, protecteur aussi et surtout compagnon fidèle et aimant.
Notre avancée dans le récit prend en compte ce rôle et laisse entrevoir qu’il n’est pas à pour rien. Cette complicité va leur apporter beaucoup au cours des rebondissements et permettent à nos héroïnes d’avancer toujours plus loin.

En acceptant le rôle que lui confère Arz’Khila, Arkhane a commencé à changer. Et ce deuxième tome va renforcer cette sensation en la menant vers un chemin qu’elle croyait avoir perdu.
Djiane va, elle aussi, devoir faire face à son pire ennemi, elle-même et trouver la force de comprendre et d’accepter pour trouver sa voie dans le destin que lui fait miroiter Malik le fourbe.
Tiyyi, quant à elle, voit petit à petit son destin s’ouvrir et la compréhension s’installer en elle. Ses peurs sont ainsi balayées par cette lumière.

Deux fois née, Déjà morte et Cent vies. Ces noms que leur ont donnés la prophétie nous semblent de plus en plus réels devant le chemin qu’elles décident de prendre.
Charlotte Bousquet met dans cette histoire une vengeance, des espoirs mais surtout une quête de soi, vers un retour à une complétude.

« Les combats les plus âpres se livrent contre soi-même », toutes trois sont incomplètes depuis que leur passé leur a été imposé. Elles le sentent et le subissent dans leur corps, leur coeurs, leur âme même. Toutes trois vont ainsi cheminer vers un destin cahoteux et parfois sombre mais aussi vers la lumière des retrouvailles.

De même Aya Sin, la sybille va prendre une plus grande place dans ce deuxième tome. On la sentait déjà plus importante que ce qu’elle nous laissait voir. Ici elle va nous montrer le chemin qu’elle a choisi.

Cette duologie pleine de philosophie, de mysticisme aussi est magnifique et nous emporte dans un univers à la fois merveilleux par les couleurs et la profondeur qu’il possède mais aussi tragique par ce qu’endure ces personnages.

Je remercie Charlotte Bousquet pour cette lecture coup de coeur, les éditions Mnemos de leur confiance mais aussi mon amie Anne-Laure du Blog Chuut Maman lit qui l’a fait en LC avec moi. Nous avons pu partager ainsi au fur et à mesure nos questionnements, nos espoirs et nos ressentis. Dans un roman comme celui-ci le partage apporte encore plus de relief à nos perceptions de lecteurs.
Pour terminer je ne peux que rêver devant les magnifiques couvertures de Mélanie Delon qui mettent un visage à certaines de nos héroïnes et leurs particularités.

La chronique d'Anne -Laure :

 

********************
Présentation de l'éditeur :

Malik est aux abois. La magie des kenzi ne suffit plus à nourrir son corps ravagé. Pour protéger la caravane de sa folie, Aya Sin n’a d’autre choix que d’accepter son héritage. Prête à tout pour retrouver Riwan, Djiane guide la troupe vers le nord – peu importent les morts et les larmes. En pleine tempête de sable, Tiyyi retrouve Arkhane, gravement blessée, et ses compagnons.

Pendant ce temps, l’Asag s’étend lentement, corrompant les terres. À sa source, Kerfou, le dieu dément que nul ne semble pouvoir arrêter…