Couverture_Vert_de_Lierre__1_

Partenariats, forums et Lectures communes

#EditionsNoirdAbsynthe
#PAI2019 sélection imaginaire

Vert-de-Lierre | noir-dabsinthe
Broché : 200 pages
Editeur : Noir d'Absinthe (18 février 2019)
Collection : FICTION - LITTÉRATURE DE L’IMAGINAIRE
Langue : Français
ISBN-10 : 249041724X
ISBN-13 : 978-2490417247
Dimensions du produit : 14,8 x 1,2 x 21 cm
ASIN : B07NV19LDJ
Prix : Broché : 15.00€ - Ebook : 4.99€ 

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Lunaire notoire depuis son enfance, Louise a pris très vite la manie d'élucubrer à fleur de page. Sa plume aime à se perdre sur les terres brumeuses du romantisme noir, de l'étrange et du surnaturel. Son inspiration mord à pleines dents dans la jugulaire d'un imaginaire fantastique et gothique, aux relents de féerie et de mythes anciens.

~~~~~~~~~~
Présentation de l'éditeur

Olivier Moreau, écrivain délaissé par la Muse, retourne dans le village de sa Grand-Mère, récemment décédée, pour mettre de l'ordre dans ses affaires comme dans son esprit. Il y renoue avec les souvenirs de son enfance, et redécouvre un étrange personnage de conte populaire local surnommé le Vert-de-Lierre, cet antique vampire végétal qui le fascinait enfant. Cet intérêt va déclencher des visions et cauchemars chez l'écrivain en mal d'imaginaire ainsi que la rencontre de deux femmes tout aussi intrigantes l'une que l'autre. À quel prix Olivier retrouvera-t-il sa muse ?

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Cette chronique est réalisée dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019. Suivez l’aventure sur le site officiel, Facebook, twitter ou instagram pour être informés de toutes les avancées de ce joli prix !

#PAI2019 sélection imaginaire

PAI 2019

D’un style résolument gothique cet avant dernier roman de la sélection imaginaire du PAI2019 sort du lot.
Je dois préciser qu’il ne faisait pas partie de mes sélections malgré une couverture magnifique illustrée par Marcela Bolivar et un extrait intéressant par son style plus soutenu et poétique que les autres.

Olivier Moreau est écrivain face au problème de la page blanche. Il vient aussi de perdre sa grand-mère et va donc profiter de ce deuil pour s’éloigner de la ville et retourner à Mont-Drienne (village de son enfance) pour y classer les affaires de son aïeule et qui sait, retrouver l’inspiration.
Olivier, amené à faire le tri dans la maison de sa grand-mère y retrouve ainsi des sensations, expérimente un pouvoir familial et se penche sur une légende locale et cela donne ainsi au roman de Louise Le Bars une base intéressante et peu usitée.Cependant la plume de l’auteure quoique poétique n’a pas su toucher la lectrice que je suis.

Le thème gothico-mythologique avait de quoi faire et les recherches d’Olivier sur la légende du Lierreux attisent un peu la curiosité.
Pourtant le personnage de l’écrivain n’est pas attachant: trop naïf, trop influençable ? Il semble trop modelé pour correspondre à ce que l’on attend de lui. Pas de réelles surprises dans ses réactions et les rebondissements semblent trop facilement gérés pour que cela donne du corps au récit selon mon attente du moins.
La sous-partie qui consiste dans la lecture du roman de Rose est plus vivante, plus sombre et m’a un peu plus attirée. Son héroïne met en avant un féminin archaïque trop souvent bafoué, mutilé ou écrasé sous le joug masculin de la peur et l’incompréhension. Par certains côtés cela reste hélas encore très actuel.
Cependant ce style ampoulé et poétique qui aurait pu/dû selon moi donner un relief plus soutenu au récit n’a en fait que fait ressortir des passages parfois trop apprêtés. Faire beau, oui. En faire trop en rajoutant des enluminures à un texte qui n’en avait pas forcément besoin l’alourdit et le rend non pas indigeste mais moins agréable à savourer.Cela m’a ainsi apporté un sentiment bizarre de longueur ou de langueur paresseuse qui a fait traîner ma lecture. Ce roman qui au final ne fait que 200 pages m’a paru beaucoup plus long et lent. J’ai eu le sentiment que les choses n’avançaient guère et qu’enfin la poésie et les jolies phrases n’étaient là que pour cacher cet ennui qui commençait à poindre.

C’est un avus mitigé pour moi qui espérais un roman plein de magie et de mystères du fait de cette légende. Il aura eu cependant le bénéfice de me donner envie de faire des recherches sur des légendes végétales locales et de voir si parmi ma collection personnelle je n’en ai pas quelques-unes plus creusées. Il ne m’a donc pas emporté avec lui mais par devers lui en m’ouvrant à des questions extérieures qui elles, m’interpellent et m’inspirent.

Ce n’est donc au final pas une vraie déception. Mais un ressenti assez paradoxal de curiosité pour les sources de l’auteure pour mettre en place cette légende plutôt que pour le contenu même de ce qu’elle en a fait.

 

Autres avis des jurés du PAI:

 

PAI 2019 : Vert-de-Lierre de Louise Le Bars

Bonjour, bonjour Et oui ma dernière chronique date déjà d'un mois ;) ... Vert-de-Lierre a été un roman assez facile à lire sans pour autant être transcendant. D'ailleurs cette chronique traîne un peu (cela fait 15 jours que j'ai fini la lecture) car les quelques chroniques que j'ai lu encensaient ce roman et pourtant...

https://lecturesfamiliales.wordpress.com

 

Vert-de-Lierre

" Vert-de-Lierre " est un roman (une novella ?) de Louise Le Bars. Olivier Moreau, écrivain délaissé par la Muse, retourne dans le village de sa Grand-Mère, récemment décédée, pour mettre de l'ordre dans ses affaires comme dans son esprit.

https://xianmoriarty.info