058 - Le serment d'orage

Présentation de l'éditeur

« Ils étaient sept.

Sept chevaliers sous un ciel d’orage. »
 

Morgien et Cynon, deux jeunes chevaliers, la tête pleine de rêves de gloire et de hauts faits, n’ont qu’une hâte : prouver leur valeur. Ils n’hésitent pas un instant lorsque le seigneur Edwin de Gore leur propose d’entrer à son service dans les Hautes Terres. Des landes arides et occupées par une bande armée. Sans hommes ni moyens, les deux chevaliers devront faire face à l’adversité avec bravoure et honneur. Mais il plane en ces lieux une atmosphère sombre et malsaine. Alors que la demeure seigneuriale devient le théâtre de morts inexpliquées, une forteresse macabre apparaît à la faveur de la nuit. Les phénomènes inquiétants se multiplient, et bientôt, nul doute qu’une malédiction est à l’œuvre. Le Diable approche, et avec lui, la fin du royaume.

 

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Tour à tour scénariste de bande dessinée, auteur de romans jeunesse, de Fantasy et de thriller, Gabriel Katz a aussi été la plume d'auteurs de renom. Il obtient, en 2013, le prix des Imaginales pour sa série Le Puits des Mémoires, puis le prix des Halliénnales 2014 pour son roman La Maîtresse de guerre. Dès lors, son nom est connu de tous comme l'une des valeurs sûres de la Fantasy française. Avec Le Serment de l'orage, Gabriel met son talent au service d'une toute nouvelle trilogie de Fantasy mêlant aventure, humour et sombre malédiction.


~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

#partenariat
#BragelonneBigBang

 

Bragelonne
Broché: 379 pages
Editeur : Bragelonne (10 avril 2019)
Collection : Big Bang
Langue : Français
ISBN-10: 2362315797
ISBN-13: 978-2362315794
Dimensions du produit: 14,3 x 2,5 x 21,2 cm
ASIN: B07PKPPBG6
Prix : Broché :16.90 € - Numérique : 9.99€

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Bragelonne nous offre là l’un des premiers titres de sa nouvelle collection Young adult : BigBang. Pour certains, comme les vénérables du Book-en-stock (blog), le fait que le premier des deux titres à sortir soit du Gabriel Katz annonçait une excitation encore plus intense. Pour ma part j’avoue que le résumé m’a plus que tentée. Mais une petite appréhension faisait quand même son apparition n’ayant pas particulièrement accroché au seul titre lu de l’auteur.

Mais voilà, outre ce résumé, la couverture est magnifique et le prologue … nous pousse à nous jeter dedans pour en savoir plus.

Alors si je devais résumer ce roman en quelques mots ce serait : malédiction funeste et mort, courage et trahison, humour et dérision.

Le côté sombre de ce récit, les personnages avides de reconnaissance, les sentiments exacerbés (courage, traitrise, jalousie, amour même) dans une ambiance tendue sur le fil du rasoir ont été des ingrédients vraiment magiques dans ma lecture.

Morgien et Cynon sont jeunes, rebelles, un peu idéalistes aussi. Ils vont se retrouver chevaliers d’un seigneur fier et rude pour qui les champs de bataille sont plus accueillants qu’un salon de courtisans. Un chevalier qui vient de gagner sa terre et compte en faire un fief digne de sa dame.

Hélas, l’accueil n’est pas celui escompté.
Le climat est comme ce nouveau chevalier, rude.

s paysages, le château même ne sont pas plus accueillants.
Et comme si cela ne suffisait pas « il plane en ces lieux une atmosphère sombre et malsaine »(dixit le résumé tout à fait avec à propos).

Je ne sais pas vous mais moi tout ça m’a plutôt bien enthousiasmée. Bon il faut dire que dans mon fauteuil, au chaud devant un bon feu de bois je ne ressentais pas les affres du froid et de la pluie des Hautes Terres. Pourtant cela a changé au fil des pages. Car ce que l’on peut dire c’est que de l’eau il y en a dans ce roman. Déjà dans le titre mais aussi dans ses pages : pluie, océan, pleurs parfois. Elle revêt ce récit d’un manteau funeste et froid.
La plume de Gabriel Katz m’a pris dans ses rets et le climat lourd, sombre et tendu a commencé à peser sur mes épaules. Je me suis prise à rigoler toute seule dans des moments où la tension était telle que la nervosité m’y a poussée.
Malédiction ? Fantômes ? Diable ? Ennemis impitoyables ? Qui serait assez fous pour rester dans cette région alors que tout cela semble frappé à la porte ?
 
Edwin de Gore est rude je l’ai déjà dit. Il est fier aussi. Mais surtout il a bataillé sa vie durant pour un fief à lui. Il est surtout honnête et droit. Profondément croyant en la justice divine, il ne veut pas laisser les superstitions l’empêcher de prendre en main ce qui lui appartient.

D’autres chevaliers viendront rejoindre les pages de ce roman. Chacun avec ses bagages personnels, maîtrise, bravoure, haine, sauvagerie. Chacun va nous faire expérimenter des sentiments particuliers de façon à ce que l’on en vienne à choisir son camp.

Alors quand le final se rapproche, qu’une bataille se profile à l’horizon, le lecteur tend le dos. L’anticipation le fait frissonner. La peur le rend balbutiant dans sa lecture : lire ou attendre pour ne pas le finir trop vite ?

Mais surtout cette fin, mes aïeux !! Elle vous rend à la fois euphorique et totalement hystérique. Bon sang que cela va être dur d’attendre la suite ! Mais que cela promet d’être bon !

Après mon avis mitigé sur la nuit des cannibales, je l'avoue, là je suis comblée et convaincue. De la belle fantasy sombre et glaçante, téméraire et pleine d’espoir! Merci Gabriel Katz pour ce moment de pur délice.