001 - meg-corbyn-tome-5-cartes-ivoirePrésentation de l'éditeur

L’insurrection humaine a été brutalement réprimée par les Aînés, ces terra indigene plus sauvages et dangereux encore que leurs congénères des Enclos. Ceux qui ont survécu savent qu’il faut désormais craindre les êtres qui rôdent dans les territoires interdits. Heureusement, l’Enclos de Lakeside a subi peu de dégâts grâce aux efforts de Meg, Simon et de la meute humaine. Mais l’arrivée du frère du lieutenant Montgomery, un vaurien prêt à tout pour s’enrichir aux dépens des autres, menace de détruire la paix fragile obtenue. Et tandis que les Aînés s’intéressent à ce nouveau type de prédateur, Meg voit dans ses cartes l’ombre de la mort qui rôde…

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Anne Bishop vit dans l'État de New York. Elle aime jardiner, écouter de la musique et écrire des histoires sombres et romantiques. Elle a été récompensée par le William L. Crawford Memorial Fantasy Award pour sa série la plus acclamée : Les Joyaux noirs.


~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

#lectureperso.

Poche: 572 pages
Editeur : Milady (19 septembre 2018)
Collection : Bit-lit
Langue : Français
ISBN-10: 2811226907
ISBN-13: 978-2811226909
Dimensions du produit: 11,1 x 2,4 x 17,8 cm
ASIN: B077V2M5TW
Prix : Broché : 8.20€ - Ebook : 5.99€

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Et voici le dernier tome de cette série coup de cœur. Une série qui m’a remuée profondément par tout ce qu’exprime la plume de l’auteure.

Les dernières sensations à la lecture des tomes précédents étaient que l’humain est un animal pire que les autres. Car il tue et fait souffrir pour le plaisir. Il ne chasse plus pour ses besoins, il se contente de laisser les autres le faire à sa place et de profiter de leur labeur pour s’en repaître. Mais le tome 4 a été un sacré choc pour nos amis humains. Ils ne sont pas en haut de l’échelle comme ils auraient aimé le penser. Les voici même rabaisser plus bas que terre par les Terra Indigene mais surtout les Ainés.
La révolte de la « Nature » a fait des millions  de morts, des expatriés mais aussi des survivants qui savent où est leur place et ce qu’ils doivent aux Autres.
C’est ainsi qu’à la lecture de cette série on se rend compte de nos changements de point de vue et surtout de penchant émotionnel.

Les Autres sont ou devraient être à nos yeux les « ennemis », les « sauvages » de par leur nature animale. Mais ils vont nous prouver que sous cette sauvagerie se cache aussi des liens vrais, des règles strictes et des sentiments différents mais beaucoup plus francs que ceux que nous « humains » nous targuons d’avoir. Ils deviennent ainsi attachants mais pas dans le sens attendrissants non plus, on n’oublie plus leur dangerosité.

Dans l’Enclos la meute des humains a réussi l’exploit de créer des liens avec les terra indigène. Tout cela grâce à la présence de Meg Corbyn. Notre cassandra sangue si fragile à la base nous a prouvé sa force, son courage et son cœur pur.

Depuis qu’elle possède ses cartes de prophétie, elle ne s’est quasiment plus coupée. C’est une belle amélioration surtout qu’avec l’aide de Merry Lee elles apprennent à les traduire ensemble et à éviter ainsi de nouveaux désagréments parfois plus que fâcheux.
C’est donc dans un climat à peu près calme que les choses se passent à Lakeside entre l’Enclos et les humains.
Pourtant l’arrivée d’un seul individu va bouleverser beaucoup de choses et nous mener dans un tome sombre, malsain par certains égards et face à la vraie nature des terra indigène mais surtout des Aînés.
Le tome 4 nous en avait donné un bel aperçu déjà. Mais Anne Bishop sait parfois nous plonger dans l’horreur sans la décrire en mots. L’ambiance qu’elle instille dans ses actions suffit à la rendre parfois difficile à lire.

L’arrivée de cet individu va bouleverser nos humains, les amener à penser qu’il vaudrait mieux s’en débarrasser malgré certains liens et créer des différents entre eux. De même elle va aussi bouleverser leurs liens avec ceux de l’Enclos. Toute cette tension pour un seul être. Tout cet espoir d’un avenir plus serein qui semble s’éloigner à cause d’un seul humain. Sera-t-il à l’origine de leur extinction ?
Pourquoi les Ainés semblent-ils lui accorder de l’attention ?

C’est dans cette expectative, dans cette ambiance tendue que nous allons vivre le dernier tome de cette série magique et merveilleuse. J’ai eu peu de coup de cœur pour des séries complètes mais Meg Corbyn en fait partie. À tel point que j’aurais beaucoup aimé que l’auteure nous en concocte une suite toujours avec Meg. Aucune envie de la laisser sans avoir envie d’en vivre toujours plus. De même certaines questions restent en suspens et je vais donc me diriger vers la nouvelle série « Le monde de Meg Corbyn -1 Le lac d’argent » même si cela semble augurer les aventures de personnages encore inconnus plutôt que d’en retrouver certains partis au loin.

 

Je vous mets ici le résumé de cet opus nouveau :

 

Le territoire contrôlé par les Autres – vampires, élémentaires et autres créatures surnaturelles encore plus redoutables – n'est pas soumis aux lois humaines, et nul ne devrait jamais l'oublier…
Après son divorce, Vicki DeVine a repris un vieil hôtel abandonné sur les rives du lac du Silence, dans un village où rien ne sépare les humains des Autres, les grands prédateurs qui règnent sur la majeure partie des terres émergées et des eaux de la planète. Dans un endroit dépourvu de frontières, nul n’est jamais sûr de qui l’observe, tapi dans l'ombre. 
Vicki espérait reconstruire sa vie et démarrer une nouvelle carrière. Mais quand sa cliente, Aggie Crowe, découvre un homme assassiné, les ennuis commencent. Les policiers voient en Vicki une coupable idéale en dépit des indices montrant qu'aucun humain n'a pu commettre le crime. Tandis que Vicki et ses amis cherchent à découvrir la vérité, des forces anciennes s'éveillent, dérangées par l'agitation qui règne sur leur domaine. Elles ont édicté des règles, et ont tous les pouvoirs dévastateurs de la nature à leur disposition pour les faire respecter…