149 - Meg Corbyn 4

Présentation de l'éditeur

La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d'être brisée. L'alliance des Autres avec les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l'équilibre des pouvoirs entre les espèces, et si Simon Wolfgard, chef de l'enclos de Lakeside, et son amie Meg Corbyn considèrent ce changement comme une amélioration, tous ne sont pas convaincus. Une poignée d'humains radicaux cherche à usurper les terres sauvages en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d'imaginer qu'il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus dangereux que ceux qui peuplent les Enclos - et qu'ils sont prêts à tout pour protéger les leurs...

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Anne Bishop vit dans l'État de New York. Elle aime jardiner, écouter de la musique et écrire des histoires sombres et romantiques. Elle a été récompensée par le William L. Crawford Memorial Fantasy Award pour sa série la plus acclamée : Les Joyaux noirs.


~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

#lectureperso.

#LC avec Lecture en B et Aurelie du blog

Poche: 576 pages
Editeur : Milady (7 juillet 2017)
Collection : Bit-lit
Langue : Français
ISBN-10: 2811224599
ISBN-13: 978-2811224592
Dimensions du produit: 17,8 x 2,6 x 11,1 cm
ASIN: B01N1F8VZ8
Prix : Broché : 22.00€ - Ebook : 5.99€

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Je pense que vous avez compris dorénavant que cette série est ma nouvelle série chouchou en urbanfantasy. Je remercie les copines les Metalbokeuses pour cela d’ailleurs car jusqu’alors je ne me sentais pas plus attirée que cela par la lecture d’une nouvelle série et elles ont su me plonger dedans.

Arrivés à ce tome 4 il est difficile de vous en parler sans spoiler.
Nous avons fait la connaissance au fil des tomes de Meg, de Simon et des habitants de l’Enclos mais aussi petit à petit des humains qui interagissent avec eux.
Nous avons vu aussi que c’est cette interaction qui permet jusqu’à présent de garder un certain équilibre entre les terra indigene et les humains malgré les malversations et les détournements qu’ils font.

Mais cette fois, les humais ont dépassé les bornes et un mot horrible est prononcé : éradication.

Car dorénavant ce ne sont plus seulement les terra indigene qui sont en colère contre les humains mais les Ainés. Ces êtres anciens et dangereux, ces « créatures » qui font paraître les loups comme Simon aussi inoffensif qu’un agneau.

Ces Ainés que craignent les terra indigene et que le mouvement HAT est en train de mettre en colère contre le genre humain au complet.

C’est donc un tome vraiment noir, empli de doute pour l’avenir de l’humanité et en même temps d’un peu d’espoir. Car Meg et ses amies cassandra sangue sont là pour nous apporter à la fois des visions apocalyptiques et sanglantes mais aussi un espoir ténu que certains y survivent.
Reste à savoir si ses visions vont se concrétiser ou si les Ainés vont balayer tout humain de la planète.

C’est aussi un tome qui m’a donné honte du genre humain, de la cupidité, de la jalousie et surtout de cet égoïsme envers et contre tout et tous.
Un tome où l’on comprend les terra indigene de ne pas vouloir se mêler aux humains mais où l’on expérimente aussi grâce à Meg une autre vision de l’humanité. Cette humanité peut-être un brin naïve, superstitieuse aussi parfois mais qui sait où est sa place dans la chaîne alimentaire. Cette humanité qui sait ce qu’elle doit à la planète, ces humains qui voient plus loin que le bout de leur nez et surtout qui voit pour tous. Ils sont peu et nous en avons rencontrés pas mal dans les trois précédents tomes. Certains vont être victimes de l’acharnement des uns à vouloir s’émanciper. D’autres de leur héroïsme. Il va y avoir des grincements de dents à cette lecture, peut-être des pleurs aussi mais surtout une colère.


« L'Homme est le plus cruel de tous les animaux, il est le seul capable d'infliger une douleur à ses congénères sans autre motif que le plaisir. » En nous montrant l’animalité des uns et des autres, leur cruauté, leurs ressentis, leurs réactions aussi, nous nous apercevons de toute la véracité de cette citation de Mark Twain dans ce tome d’Anne Bishop.
Elle a su en créant son univers nous montrer les diverses facettes des uns et des autres mais surtout nous faire réagir à chacune. Réfléchir aux raisons et aux conséquences des actes commis quand ceux-ci le sont par cupidité, par cruauté, par héroïsme , par amour aussi.

Il y a ainsi quatre évolutions parallèles dans ce roman.
Celle de Meg qui petit à petit s’acclimate aux autres, aux nouveautés et à ses visions. Elle ira même jusqu’à chercher un moyen avec les autres « sang-doux » pour exposer leurs visions sans se couper et ainsi prolonger leur vie sur le long terme.
Celle de Simon et des terra indigene en lien avec les humains (ceux de l’Enclos, des communautés de la vie Simple) qui vont s’humaniser dans ce que l’humanité a de plus beau, l’amour ou même l’humour (ce sont à chaque fois des purs moments de bonheur que de lire les comparaisons et réflexions de Simon face aux réactions des humains de l’Enclos) et d’autres sentiments doux.
Mais celle aussi du mouvement HAT et de ses partisans tout de haine, de racisme et de violence.

Et enfin celle des Ainés qui voient les faits, les étudient et réagissent en conséquences.

Ce tome m’a remué les tripes et j’ai adoré ressentir tout cela, réagir aussi fort à ses stimuli lancés par l’auteure. Elle est géniale et cette série ne fait que confirmer son statut de coup de cœur au fil des tomes. Quel regret que le prochain soit le dernier !