179 - La foretPrésentation de l'éditeur

N'ENTREZ PAS DANS CETTE FORÊT, VOUS POURRIEZ NE JAMAIS EN SORTIR...

1958.
Lors d’une sortie scolaire, sept enfants s’égarent en forêt et se réfugient dans une cabane abandonnée, au centre d’une clairière.

Très vite, ils réalisent que toute tentative de fuite les ramène systématiquement à leur point de départ. Un constat s’impose : ils sont prisonniers.

Et le pire n’est peut-être pas cette Chose qui rôde la nuit ; le pire, pour un survivant, ce sont parfois les autres survivants…

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Auteur au nom imprononçable, originaire du Sud de la France et vivant actuellement près de La Rochelle, Luca Tahtieazym est l’auteur de neuf romans parus à ce jour. Jonglant avec les genres et les styles, inspiré par Steinbeck, Ellroy, Dard ou Stephen King, il apporte un soin particulier aux intrigues de ses livres, s'efforçant de proposer des histoires originales et des personnages tourmentés et attachants.

Tahtieazym a remporté le concours des plumes francophones 2017 (plume des lecteurs) pour VERSUS.

Son dernier roman, HIER ENCORE, est paru le 17 novembre 2018.

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Partenariat du blog


#PartenariatAuteur

Broché: 433 pages
Editeur : CZY (27 mai 2018)
Langue : Français
ISBN-13: 979-1096772223
ASIN: B07D57L9CK
Dimensions du produit: 15,2 x 2,8 x 22,9 cm
Prix : Broché : 16.90€ - Ebook : 3.99€

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

 

Alors là j’avoue que je ne sais pas quoi vous dire.

J’ai mis du temps, par manque de temps justement à me lancer dans cette lecture. Peut-être aussi un léger inconfort à me plonger dans cette forêt qui allait me tenir captive.Oui je l’avoue je suis une froussarde maintenant :). Depuis ma lecture il y a des années de Nuits d’été de Dan Simmons j’évite les lectures trop flippantes. Même si j’adore les thrillers.
Ici c’est totalement différent.

Nous allons suivre Buddy Louis le narrateur lors d’une sortie scolaire dans les bois. Ils sont sept en bout de file. 5 garçons et 2 filles. Par un malencontreux hasard, un peu trop de testostérone aussi ils vont perdre le reste du groupe.
Et ce sera alors le début d’une aventure qui va emporter le lecteur loin.

Je l’ai lu d’une traite. Je voulais savoir. Et même si le final me déçoit quelque peu car il ne répond pas à toutes les questions et en laisse d’autres en suspens, je me suis laissé prendre par ma lecture.
En fait, les premiers chapitres m’ont tout d’abord mis dans un contexte mitigé. J’ai eu du mal avec le parler familier et un tantinet vulgaire de ces préados des années 50. Mettre des  « connards »   à tout bout de champ m’a rendue plus distante avec les personnages au début. Et puis, on apprend à les connaître. Ses 7 ados de 11 à 13 ans perdus seuls dans une forêt sur elle-même. Ils vont devoir faire face à la première nuit dans les bois, à l’attente des renforts, à l’impatience, au désespoir, à l’amour aussi et à la mort. Mais surtout faire face à eux-mêmes.

Au final je ne sais toujours pas si j’ai aimé ou si j’en attendais autre chose.

Quelques longueurs et un roman où l’action n’est pas si présente que cela. Pourtant quand on y réfléchit ensuite on s’aperçoit que c’est surtout la tension qui nous tient dans ses filets. On attend. On cherche comme eux à découvrir pourquoi ? Comment ?

Et au fil des pages dans cet huis-clos forestier on étudie l’humain dans ses derniers retranchements. Rappelons-nous bien que ce ne sont que des gamins. Et encore heureux qu’ils soient des années 50 car ils ont des bases de scoutisme, de la vie au grand air et à la ferme pour certains. Pas comme nos préados actuels qui ne connaissent que la tablette ou le smartphone.

On les voit ainsi évoluer. Et la plume de l’auteur, malgré les commentaires peu élogieux que j’en ai eu, m’a tout de même plu. Je ne l’ai trouvé ni lourde ni rébarbative dans sa globalité. Forcément à les suivre au jour le jour il y a des périodes plus denses et tendues que d’autres. Du coup ces quelques longueurs dont je parlais au-dessus. Mais sur la durée, l’auteur sait nous donner envie d’avancer avec eux même si c’est pour tourner en rond. La façon de nous plonger dans une ambiance par des images, des sons ou des circonstances particulières rend le récit prenant malgré tout.

Nos ados vont apprendre à survivre envers et contre tout, parfois même contre eux-mêmes ou leurs camarades. Car ce sont dans ces moments-là que l’on voit quel survivant il existe derrière l’humain. La puissance du mental peut faire changer la donne et ceux sur qui vous auriez peut-être parié au départ ne sont pas toujours ceux qui s’en sortent à la fin.

Alors en bref j’ai passé un bon moment. Je reste cependant sur ma faim car je trouve le final presque trop simple comparé à ce que j’en attendais. Mais je lirai un autre roman de l’auteur car il m’a rendue curieuse de voir ce qu’il peut faire d’autre.
Maintenant à vous de vous faire votre avis mais vous ne verrez plus les bois de la même façon. Et une question restera sûrement dans vos têtes à la fin de ces pages : pourquoi ?
Bonne lecture.