108 - Les aventures improbables de Julie Dumont audio

Présentation de l'éditeur

 Il y a des filles qui n'ont pas de bol. Celles qui ont tiré les mauvaises cartes dès le début. Celles-là, on n'a ni envie de les engueuler ni de leur tirer dessus. Puis il y a celles qui prennent les mauvaises décisions quoi qu'il arrive. Bref, les filles à emmerdes. J'appartiens clairement à la deuxième catégorie. Oh, je ne m'en glorifie pas. C'est un état de fait. J'attire les catastrophes. Quoique je dise ou quoique je fasse, il y a toujours un couac. Celui du jour est sans nul doute de m'être portée au secours d'un type qu'on venait de balancer nonchalamment dans un fossé. Parce qu'une chose est sûre, si j'avais su dans quoi je mettais les pieds en ramassant ce porte-poisse, j'aurais tourné les talons et poursuivi ma route sans me retourner. Mais, la curiosité est un vilain défaut et, dans le petit bourg de province normand où j'ai grandi, les secrets et les drames prolifèrent aussi vite que la gastro et les cancans rattrapent toujours les coupables...

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Originaire de Lille, Cassandra O'Donnell vit depuis plusieurs années dans la région de la Normandie. Elle est fan de Tolkien, Ilona Andrews et de Laurell K. Hamilton1. Réalisatrice de documentaires et de reportages, elle décide de prendre son pseudonyme actuel pour créer la saga Rebecca Kean en 2011, publiée chez j'ai lu, dans la collection Darklight.

En 2013, elle se lance dans la romance historique, dans la collection J'ai lu pour Elle, avec la saga Les Sœurs Charbrey. Durant le Salon du livre de Paris 2013, elle participe à la conférence 50 nuances de romance.

En octobre 2013, elle a été la marraine de la seconde édition des Halliennales à Hallennes-Lez-Haubourdin2.

En novembre 2014, l'auteure sort, chez Flammarion, le premier tome d'une trilogie pour la jeunesse pour les 8-10 ans intitulée Malenfer.

En mars 2016, Cassandra O'Donnell se lance dans la comédie policière, chez Pygmalion, avec Les Aventures improbables de Julie Dumont.

Suite à la parution du sixième tome de la série Rebecca Kean, un spin-off centré sur le personnage de Léonora Kean, la fille de Rebecca Kean, est à l'étude3. Ce spin-off devrait prendre place entre les tomes 5 et 6 de la série principale4 et comporter au moins trois tomes5.

 


~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec Audible studio.

Durée : 7 heures et 31 minutes
Type de programme : Livre audio
Version : Version intégrale
Editeur : Audible Studios
Date de publication : 28 octobre 2016
Langue : Français
ASIN: B01MDRTN0A
Prix : 14.95€

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Pour continuer dans ma lignée livre audio pour mes balades, après de la dystopie et du jeunesse j’ai eu envie de légèreté. Je me suis donc penchée sur le cas Julie Dumont.

La plume de Cassandra O’Donnell est toujours aussi géniale. Je ne l’ai lu que dans Malenfer en jeunesse et Rebecca Kean mais ce nouveau genre ne diffère pas tant que cela des autres.

L’humour caustique que déverse parfois Rebecca Kean a ici une adepte en Julie Dumont. Car Julie est une fille comme on n’en fait guère. Bon il faut dire que lorsqu’on est la fille des croque-morts du coin ça vous donne un sacré bagage. Quelque part sa famille déjantée m’a rappelé un tantinet celle de « Six feet under » les fantômes en moins.

Julie est donc journaliste de mode à Paris. Elle est heureuse de sa vie loin du Numour et ne souhaite jamais au grand jamais y retourner pour prendre la suite de ses parents comme tout un chacun semble le considérer comme acquis.
Ce week-end-là, la voici donc déjà en retard pour l’anniversaire de mariage de ses parents pour des raisons qui en feront sourire certains, et lever les yeux au ciel d’autres. Des raisons que nous découvrirons digne d’un grande Julie mais minimes en comparaison de ce qui l’attend sur la route de la fête.

Sous ses yeux alors qu’elle fait le plein, un type se fait balancer dans un fossé. Et comme dans le genre mauvaise décision elle est là, eh bien Julie l’emmène donc aux urgences. Et c’est là que vont débuter les couacs de plus en plus catastrophiques et les décisions les plus loufoques.

La narration d’Ingrid Donnadieu est magistrale. On se bidonne tout du long sous ses intonations et ses réflexions en demie teinte. Enfin celle des de Julie mais elles semblent tellement vraies dites par une narratrice de talent que l’on s’y croirait J

Ainsi donc avec ce roman Cassandra O’Donnell nous emmène un petit peu dans sa vraie vie et dans sa Normandie locale.
C’est dans les pas de notre journaliste mode, qui va ici se découvrir un autre talent journalistique, que nous revenons dans le fief de son enfance. Et c’est dans le regard de ses habitants que nous allons le découvrir le mieux.
Qui dit petite ville dit son lot de cancans, mégères, commères et secrets plus ou moins bien cachés.

Mais un fait divers a défrayé la chronique il y a peu. Une jeune femme issue d’une des grandes familles du coin a été retrouvée assassinée.
Alors quand Julie sur la route de chez ses parents se retrouve à emmener un pauvre type tabassé jeté d’une voiture elle ne sait pas encore que c’est le début des emmerdes.
Et ce qui est « bien » avec elle c’est que ça va crescendo.

La plume de Cassandra O’Donnell m’avait déjà séduite avec ses autres séries. Et ici on retrouve sa verve, son humour piquant et des personnages truculents. Mais on y ajoute aussi la voix de la narratrice, Ingrid Donnadieu, qui trouve très rapidement les intonations pour rendre toute cette histoire encore plus addictive.

J’ai de suite détesté Sylvie. Elle est à tuer. Pour moi qui écoute en me baladant dans les bois cela a changé mon regard sur les petits coins rencontrés. Je m’y voyais déjà l’y enterrer ni vu ni connu tellement elle m’horripile prodigieusement.
Je ne sais pas comment fait Julie pour rester aussi calme la majeure partie du temps. Je ne suis pas sure que je l’aurais détesté autant en lisant moi-même ce roman. Là, la voix de la narratrice la rend aussi agréable qu’une craie sur un tableau blanc. Aussi énervante qu’un moustique qu’on entend mais ne voit pas. Elle vous met les nerfs à vif par sa simple présence. Mais il faut dire que ses réparties désagréables, ses remarques, tout son caractère même sont un appel à la trucider.
Enfin tout ça pour dire que ce roman est une pépite d’humour et de légèreté tout cela vraiment bien rendu en version audio grâce à une narratrice qui a les intonations et les mimiques pour rendre cette lecture vivante. Oui je dis bien « mimique » malgré le fait qu’elle nous est invisible. Car sa voix reflète ses états d’esprit et lorsqu’elle sourit à sa narration le lecteur ne peut s’empêcher de le sentir et de participer à sa liesse. Et dans ce roman je peux vous assurer que l’on rit souvent.