036 - La trilogie Morgenstern - 1

Présentation de l'éditeur

Dans une ville-décors à l’image de Londres au xixe siècle, une jeune femme est assassinée. Roberta Morgenstern, sorcière spécialisée dans les enquêtes criminelles et son assistant, Clément Martineau, vont remonter le temps pour trouver le meurtrier. La traque des suspects les entraîne en un tourbillon d’époques et de lieux, du Paris médiéval au Mexique des Aztèques. Tous les indices convergent vers le machiavélique comte Palladio, qui a ressuscité un quadrille de grands criminels pour renégocier avec le Diable son pacte d’immortalité…

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Né en 1970 à Reims, Hervé Jubert suit une formation en Lettres Modernes puis en histoire de l'Art, à Paris IV et à l'Ecole du Louvre. Il fait un début remarqué dans le fantastique avec son premier roman Le Roi sans visage. Côté littérature jeunesse, il s'illustre avec La Trilogie Morgenstern, Blanche, Monstre et Vagabonde. Hervé Jubert a reçu le Grand Prix de l'Imaginaire dans la catégorie du roman jeunesse francophone pour Magies secrètes en 2013. La Trilogie Morgenstern a été traduite et publiée aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en Russie et en Chine.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec le forum Au Boudoir Ecarlate et les éditions Bragelonne

Challenge Mystérieux Mystère de Frogzine mois de mars:

cm2018-mars_orig

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Un tango du diable

Le premier tome nous emmenait dans le passé avec les villes-décors de Palladio, villes créées de toutes pièces dans des périodes historiques différentes et avec elle leurs assassins « fétiches ».
Cette fois-ci c’est aussi le passé qui va ressurgir face à Roberta et Clément, sous une forme plus brumeuse et plus dangereuse encore que le quadrille des assassins.

Depuis plusieurs jours Bâle est la victime d’un tueur vraiment sadique. Ses méthodes d’assassinats sont tout ce qu’il y a de plus cruelles, sanglantes et douloureuses pour ses victimes. Mais qui est assez fou et infâme pour laisser cuire un boulanger dans son four ? Déchiqueter un enfant dans les pales d’une machine ? Ou laisser se faire dévorer de l’intérieur par des petites bêtes une vieille dame inoffensive ?

Certains de la brigade criminelle se rappellent et mettent un nom sur cet assassin insaisissable. Mais arriveront-ils cette fois-ci là où ils ont échoué il y a des années ?

En tout cas la brigade criminelle reprend du service, fait le rappel de ses réservistes et certains vont même prendre du galon.

Nous retrouvons avec joie nos deux héros du quadrille des assassins. Ils ont pris quelques années et Clément a bien avancé ses cours au collège des Sorcières. Le voici en troisième année et ses sentiments pour la belle juriste en droit satanique n’ont pas démérité. Même s’il n’a toujours pas osé les exprimer à voix haute à la jeune femme concernée. Il est aussi un des plus grands fans du ministre de la sécurité et est promis à un bel avenir.

De son côté, Roberta vit le parfait amour avec son Grégoire. Ils mènent la danse pourrait-on dire afin de faire apparaître à chacune d’elles un parfait esprit. Ainsi sommes-nous cette fois encore dans un rythme endiablé puisqu’après un quadrille c’est d’un tango que nous allons nous approcher du rythme.
Et comme on le sait à voir un couple expert le danser, le rythme peut être rapide comme lancinant. Langoureux comme plus sauvage.

Et sous la plume d’Hervé Jubert l’enquête pour arrêter cet assassin va être de même.

Tout comme les relations entre nos deux compères qui vont souffler le chaud et le froid. Car Clément va mettre en avant certains préjugés qui ne plaisent pas, mais pas du tout à notre chère Roberta. Cela va donc mettre de l’eau dans le gaz de leur amitié.

De plus, les conclusions de Roberta sur l’identité de l’assassin vont créer un tollé général au sein du Collège des Sorcières et créer des dissensions en leur cœur. Ce que cela implique même au plus haut niveau ne va grandement pas plaire à Clément et c’est fâché qu’ils vont se quitter.

C’est un tome dynamique, qui met en avant des préjugés hélas trop souvent existants et qui nous permet de voir plus loin dans cet univers déjà bien développé dans le premier tome.

Si lorsque j’avais lu le tome 1 (et seulement le 1 je me demande encore pourquoi) étant ado j’avais craqué pour le beau Clément, l’âge aidant je piquerais bien son Grégoire à Roberta. Il a un petit côté secret qui me titille et me laisse à penser qu’il n’est pas ce qu’il veut bien nous faire croire. Mais le diable s’il laisse filtrer la moindre allusion ou le moindre indice. Je n’ai que de minces soupçons. Il reste cependant charismatique et d’un grand renfort pour Roberta dans cette enquête.

D’autres acteurs plus secondaires vont être mis en avant et nous permettre de nous interroger sur leurs mobiles ou simplement sur leurs rôles dans tout cela.

Je dois dire que j’adore cette trilogie et que ce deuxième tome m’emporte avec autant d’enthousiasme dans ce monde steampunk créé par Hervé Jubert. Les personnages sont détonants, attachants même dans leurs erreurs, frustrants parfois mais quelle ambiance, quel dynamisme dans ce récit. Je suis fan