159 - Le signe du diable

Présentation de l'éditeur

Morgane, sur le point d’être brûlée vive pour sorcellerie, doit sa survie au baron Philippe de Hurlebosque. Celui-ci lui propose un marché : il la protégera de l’Église, à condition qu’elle use de sa sorcellerie pour le délivrer d’une sombre malédiction. Un Inquisiteur à ses trousses, la jeune femme se retrouve plongée dans un complot machiavélique. Elle est loin d’imaginer que le baron se joue d’elle, et poursuit en réalité d’autres desseins…

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Thomas Laurent vit à Strasbourg où il poursuit des études d'archéologie.

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec les éditions Zinedi.

~~~~~~~~~~
Mon avis :

J'ai découvert la plume de Thomas Laurent un peu par hasard sur FB. Avec Code Victoria il m'avait entraîne dans un village perdu empli de superstitions. Cette fois encore elle a le rôle de l'héroïne. 

La superstition encore et toujours à l'origine des plus grandes horreurs de l'Histoire. L'Inquisition en est un exemple flagrant. Ou comment se débarrasser de la différence en l'éradiquent sous le coup des peurs ancestrales. 

Morgane est née avec une tâche de naissance sur le front. Marque du démon selon les coutumes et aussi son ascendance particulière. 

Alors des qu'un événement déroutant intervient la peur entre en jeu et la désigne tout naturellement comme origine de tous les maux. C'est ainsi qu'elle va se retrouver à deux doigts du bûcher pour sorcellerie.

Ce qui va la sauver? Une autre superstition plus grande que la peur. Celle qui veut que seule une Sorciere peut lutter contre les sorts de ses semblables. 

La voici donc flanquée d'un garde du corps/gardien/bourreau en la personne de Thierry de Mânecombe et sur la trace de la Maurie, Sorciere qui aurait jeté un sort sur la lignée du seigneur de Hurlebosque. 

On suit la "quête" de Morgane pour sa survie et la vie de Philippe de Hurlebosque avec passion. 

La plume de Thomas Laurent sait mettre l'accent sur la superstition, sur l'ambiance lourde et pesante, sur les terreurs villageoises qui délitent l'esprit pour n'y voir que Demon et sortilèges. 

Ce qui était une quête va devenir enquête. Morgane aidée de Thierry va découvrir des indices, des incohérences dans les soupçons du sieur de Hurlebosque país surtout dans leurs suspicions. Elle va ainsi nous entraîner dans les marais et bourgs alentours à la poursuite d'un coupable, d'un mobile. Tout en étant poursuivie elle-même par Henri Niger, l'Inquisiteur.

C'est un roman que j'ai dévoré avec joie. En même temps, difficile de ne pas se sentir plongée dans l'histoire des les premiers chapitres. L'écriture fluide et le style maîtrisé de l'auteur nous font nous sentir à l'aise dans notre lecture mais aussi sur le qui-vive d'appréhension. Le suspense qu'il amène, le mystère dont il enrobe son histoire sous couvert de superstition, complot et empoisonnement et dont il nous donne de petits indices au fur et à mesure que l'on progresses dans notre lecture sont autant d'ingrédients magiques pour nous prendre dans les rets de sa plume. 

Et lorsqu'enfin nous découvrons la vérité. Cette vérité après laquelle nous avons couru tout au long des pages. Cette vérité que nous avons imaginé toute autre. 

Lorsqu'enfin donc elle nous est acquise, nous applaudissons a l'imagination diabolique de Thomas Laurent. Je l'avoue j'ai été soufflée par cette fin. Tout comme Morgane j'ai posé des hypothèses, imaginé des mobiles mais tout s'est retrouvé balayé par la vérité. Simple, crue et machiavélique à la fois. 

Si vous aimez les complots sous fond de sorcellerie et de superstition ce roman est pour vous. De plus si vous avez aimé Code Victoria, vous retrouverez, tout comme moi, avec surprise le village de Rochehauh et ses secrets enfouis agrémentés même de quelques révélations nouvelles. 

Une plume à suivre !!! J'ai hâte de voir ce que cet auteur prolifique va nous offrir la prochaine fois. Mais en tout cas je sais dors et déjà que j'aimerai.