20170530222248706485Présentation de l'éditeur

 Lorna, très jolie fliquette, a sa méthode pour faire accoucher les suspects et les témoins. Elle donne de son corps. Son collègue Glossu a aussi sa méthode : la mandale. Tous deux se retrouvent à enquêter sur une très sale affaire au cœur du Vatican. Sous les plafonds ornés de la cité papale, le protocole va en prendre un coup : ça va secouer chez les mitres et le Grand Patron va être obligé de s'en mêler. Du suspense, de la mauvaise foi, des spaghetti alle vongole et quelques fantaisies maison. En tout cas, c'est prouvé maintenant : les anges ont un sexe et ils savent s'en servir.

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Auteur de l'incontournable Comment draguer la catholique sur les chemins de Compostelle, Étienne Liebig a déjà exploré le domaine du pastiche avec Le Parfum de la chatte en noire, où il parodiait avec un grand talent de mimétisme et un profond sens de la dérision les meilleurs romans policiers, et Sexercices de style, variation érotique des Exercices de style de Raymond Queneau, et les Contes de mémé lubrique, détournement des histoires de notre enfance. Il a par ailleurs publié des ouvrages très sérieux chez Michalon, d'humour chez J'ai lu, et même un livre pour enfants. Il collabore à l'émission Les Grandes Gueules sur RMC.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes


Lecture en partenariat avec La Musardine et le forum Au cœur de l’Imaginarium

 Au_coeur_imaginarium

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

 

J’avais déjà découvert la plume d’Etienne Liebig il y a quelques temps au travers des contes de Mémé Lubrique. On peut dire que je n’avais pas été déçue des « améliorations » faites à ces contes pour enfants remaniés à la sauce coquine même si cela n’avait pas non plus été un coup de cœur sur le sujet.

Cette fois-ci, Etienne Liébig m’entraîne à la suite d’un duo de choc et de charme (chacun en ce qui le concerne) dans les méandres du Vatican. Le sujet est sensible et l’enquête semble complexe car un meurtre a eu lieu dans les archives secrètes de la capitale papale. Et la victime n’étant pas ce qu’elle semble être, Lorna Wajda et son coéquipier Pierre-Paul Glossu vont être amenés à fouiller un peu profond pour découvrir le fin mot de l’affaire.

Lorna est une fliquette de charme, qui n’hésite pas à donner du sien pour faire avancer les choses. Du coup, scènes de charme et scènes érotiques parsèment l’enquête. Elle a un sacré caractère aussi et un bon flair qui lui font penser que cette enquête cache autre chose. Lorna, c’est donc une inspectrice têtue et revancharde mais aussi une jeune femme gironde et gourmande que le commissariat envoie en Italie au sein des saints de l’église catholique. 

Glossu est le type même du flic franchouillard, bon buveur, taillé comme un lutteur, au carré, et une descente que l’on n’aimerait franchement pas remonter à vélo. Pourtant ce flic un peu bas de plafond, mais opiniâtre est finalement moins con qu'il n'y paraît et cela va nous apporter quelques surprises agréables. Une fois que l’on aura fait abstraction de son parlé argotique.


Autant le scénario se pose bien et l’enquête est prenante autant j’ai eu un mal fou à m’acclimater au phrasé particulier de ce protagoniste. Heureusement, Lorna a pitié de ses interlocuteurs et des pauvres lecteurs peu habitués et dans un style plus ampoulé nous ressort-elle régulièrement une traduction, moins imagée certes mais beaucoup plus compréhensible. Merci donc à Lorna de traduire Glossu et son sabir difficile à saisir.
Je vous rassure cependant, on s’habitue à tout et petit à petit on finit même par le comprendre sans traducteur notre Glossu lourdaud mais sympathique.

En fait, pour faire simple, et comme ça va forcément vous interpelez dès les premières pages, la première référence qui vienne en tête, c'est San-Antonio : la gouaille, le scénario en mode polar et coquin et surtout aux protagonistes pas à piquer des vers.

Ce roman possède ainsi ce qu’il faut de scénario policier pour allécher le fan et assez de scènes coquines pour lui donner quelques rougeurs. Mais sous couvert d'un polar un peu chaud, Étienne Liebig nous apporte en cela un bon roman finement réglé comme du papier à musique. L’enquête reste majoritairement sur le dessus du panier et les passages osés sont pour la plupart assumés et utiles à l’enquête.

En nous faisant pénétrer un lieu tel que le Vatican, avec pour raison un meurtre à élucider, Etienne Liébig ne va pas en donner une image de sainteté et de pureté cléricale, loin de là, et c’est la touche d’humour qui va finir de vous attirer dans ses filets à la suite de Lorna et Glossu.

Outre les petites occupations hors normes de certains des habitués du lieu, nous allons suivre une enquête pour meurtre dans l'un des lieux les plus fermés du Vatican lui-même, ses archives secrètes.
Une question persiste donc sur ce roman une fois la dernière page tournée.
De nombreux détails des intérieurs du Vatican même, des appartements papaux et de certains de leurs secrets apparaissent au fil de l’enquête et laissent préjuger d’une recherche en amont minutieuse et pointue.
Mais pour ce qui sont de certains textes mis en avant lors des découvertes de Lorna, j’ai eu quelques doutes. Par exemple, cette Bible coquine qui va lui permettre de titiller le jeune Federiko de façon éhontée et tout sauf sage ?? Doit-on y espérer un des premiers pornos ecclésiastiques ou simplement un effet de style particulièrement bien placé de l’auteur ? Vous vous doutez tout comme moi de la réponse et j’avoue que je serais la première surprise si j’avais tort.
De la même façon, la mécréante que je suis s’est régalée de l’interprétation toute personnelle de certains passages bibliques par Glossu. Pour lui, il s’agit là du premier livre de cul de l’histoire si l’on suit sa façon de le lire.

Un vrai plaisir donc que de suivre les aventures Vaticane de Lorna et Glossu et je précise tout de même que malgré quelques scènes olé-olé, l’enquête prime jusqu’au bout et nous apporte une lumière surprenante sur ce lieu mystérieux.