096 - Les dieux sauvagesPrésentation de l'éditeur

 « Écoute Ma parole : l'Éternel Crépuscule cachera le soleil, étouffera les plantes et changera les hommes en bêtes, car Aska, le Dieu de la Nuit, ne tolère d'autres enfants que les siens. »

Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d'en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d'Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.

Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l'intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l'espoir de tout un peuple.

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur


Lionel Davoust est né en 1978 et habite en Bretagne. Ancien ingénieur halieute, il se consacre maintenant à sa première passion : la littérature.
Avec Les Dieux Sauvages, il signe une trilogie de fantasy épique ambitieuse et foisonnante, dans la lignée des oeuvres de George R. R. Martin ou Brandon Sanderson.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes


Lecture en partenariat avec les éditions Critic et Le mois de… Book-en –stock blog.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Voici une lecture qui a eu le heurt de tomber en période un peu compliquée de ma vie personnelle. Et pourtant. 

Lionel Davoust a su trouver le rythme, le scénario et les personnages qui marquent pour faire oublier tout le reste du monde et ses turpitudes. 

J'ai pris plus de temps à le lire cependant que je ne l'aurais fait en période faste. 

Mais j'ai savouré chaque page. 

Beaucoup de personnages nous sont proposés. Et il est parfois compliqué au départ de se remémorer qui est qui. Mais les faits parlent d'eux même et les souvenirs reviennent vite. 

Un conflit entre Dieux va être à l'origine de chamboulement dans le monde des hommes. 

Chacun va préparer les pièces de son jeu d'échec en utilisant les protagonistes que nous allons suivre. 

D'un côté, Aska, dieu sombre et assez particulier par les "bienfaits" qu'il accorde à ses élus. Ceux-ci reçoivent des mutations assez bien décrites par l'auteur pour faire des cauchemars. Son Hérault, Ganner a carrément fait symbiose avec son armure. Seul son visage reste vulnérable s'il veut garder son libre-arbitre. 

De l'autre, nous avons le dieu Wer. Et le destin, au travers de la plume de Lionel Davoust va lui assigner un Hérault particulièrement rétif. 

Les dialogues entre un dieu et son élu particulièrement peu coopératif sont du pain béni. Leur relation apporte une touche d’humour mais aussi un panel de question. 

D'autres personnages vont ainsi jouer un rôle dans ce conflit naissant. Des animosités, des luttes intestines vont mettre des bâtons dans les roues de nos héros. Et le lecteur va s'interroger sur le rôle de chacun et le voir évoluer au fil des pages. Parfois avec jubilation. D'autres avec sidération. 

Bizarrement Ganner n'est pas totalement détestable et malgré des différences que l'on a du mal à accepter il mérite le détour. 

Ce que j’ai apprécié particulièrement c’est le rôle joué par les femmes dans ce récit. Rôle essentiel dans un monde où elles n’ont pas voix au chapitre. Où elles ne sont que des soumises aux hommes de leur vie, père, frère, époux, seigneurs… Rôle qu’elles vont jouer avec courage, ténacité et un brin de rébellion.
Ces femmes sont magnifiques et donnent corps au récit de par leurs avancées et même parfois leurs échecs.
Alors quand l’une d’elle se retrouve face à une épreuve terrible et que l’auteur nous laisse sur le flanc en stoppant là son passage pour nous propulser partout ailleurs sauf où le souhaiterait le lecteur, la rage monte. La rage, l’impatience et une certaine envie de maudire l’auteur pour son sadisme.

C’est ainsi que l'avancée des plans des Dieux, au travers de leurs Hérauts et des décisions des hommes, va se faire au fil des pages. Le lecteur va alors traverser les terres d'Evanégyre et obtenir une vue d'ensemble magnifique et terrible. 

Les doutes des protagonistes vont être au cœur de ce récit. Car la plupart ne savent pas encore quel est leur rôle. Parfois le destin met face à eux une révélation. Il leur est alors impossible de s'y refuser même si certains vont être plus rétifs que d'autres à accepter. 

De nombreux personnages m'ont marqué par leur profondeur. Léopol, par exemple, a su me troubler maintes fois par ces actes en total désaccord de ses pensées. Il est à la fois fort et fragile. Sa foi est forte. Il suit avec application les préceptes que l’on lui a inculqué. Parfois au détriment de la logique ou de la réflexion. Et pourtant, face aux révélations du destin il va nous surprendre.  

Chunsène est, elle aussi, un personnage marquant. Les épreuves traversées vont la renforcer et je lui souhaite une place de plus en plus importante dans la suite de ce récit car sa volonté farouche me plait. 

Nehyr laisse présager de belles surprises. Elle ne semble pas ce que l'on croit. Ses connaissances, sa sagesse presque trop profonde pour son âge visuel en font une énigme que j'ai hâte d'effeuiller au prochain tome. 

Et Meriane, notre petite sauvageonne a bien évolué. Elle grandit petit à petit. A son grand désarroi elle apprend à encaisser les coups du sort. Mais aussi à garder courage, montrer de la force devant l'adversité et surtout à maintenir haute une volonté de tenir son rôle. 

Le final laisse présager un deuxième opus très actif et de grandes avancées pour nos personnages. 

Les prophétise énoncées par le Hérault de Wer laissent entendre certains événements forts pour cette guerre. Seul le Destin saura nous montrer si elles vont se réaliser. Mais le lecteur va en tout cas les attendre impatiemment tout comme le peuple témoin de celles-ci. 

Un très bon roman de fantasy française à découvrir absolument. Vous y retrouverez les bons ingrédients du genre et la plume charismatique de Lionel Davoust. Alors qu'attendez-vous?