miriam-black,-tome-1---blackbird-468160-264-432

Présentation de l'éditeur

Miriam Black a un don, elle sait quand la mort va frapper à votre porte.

Âgée d’une vingtaine d’années, elle a déjà vu des centaines de décès aux causes diverses et variées : accidents, suicides, maladies... Quand Miriam rencontre Louis Darling, qui l’a prise en stop, elle lui serre la main et voit que dans trente jours, il sera monstrueusement assassiné et prononcera son nom avant de mourir. Miriam avait abandonné l’idée d’essayer de sauver les gens car cela ne faisait que précipiter leurs morts. Pourtant, elle va devoir essayer...

 

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture personnelle.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Je n'ai pas encore commencé que déjà un million de questions se posent à la vision de la couverture.

 

Psychédélique voilà ce que j'en dirais.

On y voit toute sorte de choses dans cette couverture noire et  blanche.

Tout d'abord en gros plan le visage de celle que l'on suppose être Miriam Black.

Puis les détails apparaissent, ces nombreux oiseaux noirs qui composent sa chevelure et ses vêtements, mais aussi ces morceaux de corps, cette main qui semble appeler à l'aide, ces crânes aux yeux vides ou glauques ou ce bâtiment ressemblant à une tour ...

Comment ne pas être déjà interpellé par ce livre?

La mort est omniprésente dans cette couverture cachée ou adoucie aux yeux du monde par ce visage presque souriant en premier plan. Tout porte à croire qu'elle va nous accompagner tout au long du chemin, ce chemin que la fermeture éclair de sa tenue semble représenter avec cet écusson comme celui des routes des USA.

Alors quand j’entame enfin le premier chapitre je ne sais plus vraiment ce que j'attends.

Miriam nous fait assister à une scène bizarre, un décès prémédité? Non, plutôt une mort connue à l'avance. La mort de cet homme qu'elle a suivi dans un motel miteux juste pour lui dire quelques vérités et le voir mourir sous ses yeux sans qu'elle ne le touche de près ou de loin.

Bizarre! Vous avez dit bizarre.

Alors que penser lorsqu'elle le consigne dans son journal intime en spécifiant qu'elle a recommencé?? Vous voici aussi perdu que moi?

Alors vivement la suite non?

Pourtant les débuts prometteurs que j'attendais suite au résumé et à la couverture ne se sont pas présentés de suite. Il faut attendre quelques chapitres pour avoir une meilleure vision de l'histoire même si cela paraît tout d'abord confus. On se rend alors seulement compte que lorsqu'elle touche les gens, elle voit leur mort. Actuelle ou future, par maladie ou de vieillesse, elle voit tout, le lieu, les gens qui seront là et leur manière de la vivre.

C'est alors que l'on semble suivre le schéma.

Deux parties distinctes sont en concurrence. Une partie semble-t-il actuelle et une partie probablement passée ou future.

Dans la partie que l'on pense actuelle, nous la suivons au jour le jour dans son road-movie si l'on peut dire au gré des routes américaines et de ses interventions.

Dans l'autre partie elle se fait interviewer par un jeune journaliste dont elle a connu l'oncle. Il est l'un des rares cas pour lesquels elle a dérogé à sa règle de ne rien dire. L'oncle Bob a donc appris le jour et les circonstances de sa mort presque une année à l'avance et en avait parlé à son neveu. C'est pourquoi le voici aujourd'hui face à Miriam pour en apprendre plus et peut être comprendre.

Les choses commenceront à évoluer lorsqu'elle va croiser la route de Louis et s'apercevoir en le "lisant" que sa mort sera un assassinat et qu'en plus elle sera là à son dernier instant.

A partir de ce moment son histoire va connaître de nombreuses fluctuations qui sont là pour nous tenir en haleine et nous faire nous demander où cela va nous mener.

Sauvera-t-elle Louis?

Essaiera-t-elle seulement?

Et quelles en seront les conséquences pour eux et peut être pour d'autres?

Après un début difficile à me lancer, il a fallu attendre la fin de la première  partie pour me voir enfin ressentir quelque chose pour l'histoire. Le personnage de Miriam est assez problématique à cerner car son côté autostoppeuse aguicheuse et un peu « je m'enfoutiste » interpelle. Elle vit la vie comme elle vient, elle dépouille ses "victimes" et va les routes sans réels buts ou finalités.

Qui est-elle vraiment?

Ses cogitations intenses : sur les décès qu'elle voit, sur le destin que l'on ne peut arrêter et sur la vie elle-même ne nous la rende pas forcément sympathique. Un peu névrosée mais qui ne le serait pas en risquant de voir des morts à chaque geste vers une personne, même accidentel. Elle est violente et assez vulgaire tant en paroles qu'en attitudes. C'est un peu l’anti héros de cette histoire.

Les personnages secondaires remontent le niveau car on cherche à en savoir plus sur elle grâce à eux et à leurs interactions. Qu'ils semblent innocents ou coupables ils font en sorte de nous impliquer plus avant dans cette histoire car ils nous font voir une autre Miriam. Celle-ci nous intéresse un peu plus car elle semble avoir une conscience, un reste de bonne résolution et le besoin de changer les choses et non de les regarder se faire sans broncher.

Jusqu'à ce qu'elle me lâche à nouveau lorsqu'elle se met à virer schizophrène, puis enfin ses rêves éveillés glauques et sanglants me perdent totalement et m'ont empêché de continuer. Ce qui est au départ une histoire qui a du potentiel ne démérite pas mais est écrite dans un langage qui n'est pas le mien et qui à la longue m'a convaincu de passer mon chemin. Je ne rejette cependant pas l'idée d'y revenir plus tard puisque maintenant je sais ce qui m'attend au  tournant. Car à vrai dire je pense tout de même que pour les aficionados de ce style la suite prévue doit être plus qu'aguichante.