061 - La faucheusePrésentation de l'éditeur

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.

" MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu'en étant tué aléatoirement (" glané ") par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu'ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l'art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité.
Mais seul l'un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu'il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l'un contre l'autre bien malgré eux... "

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Né en 1962 à Brooklyn, New York, Neal Shusterman est l'auteur de nombreux romans pour Jeunes Adultes pour lesquels il a collectionné les prix et les distinctions. Il écrit également pour la télévision et le grand écran, et s'est même essayé aux pièces de théâtre et aux scénarios de jeux de rôle. Il habite aujourd'hui en Californie avec sa femme et ses quatre enfants, qui sont pour lui une source d'inspiration au quotidien.

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec Netgalley France et les éditions R.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:


Une fois n’est pas coutume j’ai décidé de me lancer dans la lecture d’un roman plébiscité et dont j’entends beaucoup d’échos positifs ces dernières semaines.
Le résumé aidant, j’ai été fortement tentée et j’avoue que la couverture, à la fois simple et éloquente, a fini le travail.
Plusieurs protagonistes vont intervenir dans ce roman. Plusieurs voix, plusieurs états d’esprit, plusieurs politiques aussi.
J’ai cru débuter un roman jeunesse fantastique et dépaysant, j’y ai trouvé bien plus que cela.

Nous sommes dans le futur, un futur où la mort a été éradiquée, où les hommes vivent immortels et sous la férule bienveillante du Thunderhead. Cette intelligence artificielle règle tout de façon à ce que personne ne manque de rien, que la planète ne subisse plus nos dépravations et que la vie paraisse simple et heureuse pour chacun.

Cependant, à force de ne plus mourir, de vivre très longtemps et même de pouvoir rajeunir à nouveau, il n’est pas rare que les familles s’agrandissent au-delà du raisonnable. Etre enceinte en même temps que sa grand-mère, laquelle possède un corps de midinette de 20 ans, ne fait plus hausser les yeux et devient la norme.
Alors sont nés : les Faucheurs. Eux seuls ont le droit de glaner les hommes afin de garder un niveau acceptable de population mondiale.

C’est ainsi que nous allons suivre, Citra et Rowan, deux apprentis faucheurs choisis bien particulièrement par un Faucheur expérimenté.

Mais au travers des articles de journaux intimes des Faucheurs, nous suivrons aussi l’Honorable Dame Curie, l’Honorable Maître Goddard et parfois certains apprentis. Ce seront alors des pensées franches, claires et surtout surprenantes qui vont nous être dévoilées.

Ce roman est à la fois divertissant par son scénario à suspens, la compétition entre nos deux apprentis, mais aussi un véritable moment d’introspection. Au travers des scènes que vont devoir affronter nos apprentis, des choix qu’ils auront à faire, des décisions de leur Maîtres, le lecteur va découvrir que la Mort est une chose beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

Neal Shusterman a su intégrer dans son roman des leçons de vie (ou de mort si vous préférez), des pensées profondes et intimes sur notre devenir en tant qu’humains.

L'apprentissage de Rowan et Citra va les changer et ce, de façon profonde. Ils vont côtoyer le côté sombre de la force pourrait-on dire et chacun va envisager son futur rôle à sa manière. Pourtant ils restent l'un comme l'autre attachant et quel que soit leur choix on ne peut leur en vouloir. 

Les événements qu'ils vont traverser vont là aussi les mutiler parfois physiquement mais surtout les blesser moralement. Ils n'en ressortiront que plus forts et c'est cette force de caractère, cette volonté qui m'a touchée plus que tout. 

Ces personnages, tout comme Dame Curie, Maître Faraday ou même Maître Goddard partagent leurs pensées les plus intimes avec nous. Et le lecteur voir alors les bienfaits et les méfaits de l'intemporalité sur les hommes. Ne plus avoir peur de la mort peut avoir des effets particuliers chez certains faucheurs, les pousser à laisser parler leurs vocations profondes. Et c'est là que nous verrons qu'un point de vue peut se fausser parfois pour de bonnes raisons parfois pour de mauvaises. 

La plume de l'auteur est une pure merveille pour entrer dans le cœur des hommes, les sonder jusqu'au tréfonds de leurs âmes et nous les présenter nus, dans leur complexité et leur travers. 

Ce roman n'est pas un coup de cœur comme je l'entends habituellement mais il a quelque chose qui va le rendre inoubliable. Sa profondeur, la manière qu'à l'auteur de nous plonger dedans ou simplement sa manière de le faire par des mots et des ressentis est un atout absolument imparable. J'ai aimé ce livre pour tout ce qu'il m'a fait ressentir, réfléchir ou trépigner. Il va encore rester dans mes pensées de nombreux jours pour ce qu'il a laissé comme pensées parasites derrière lui sur l'humanité et ses travers, l'avenir de notre planète et de ses habitants. 

Je remercie Netgalley et les EDITIONS R pour cette découverte. Pour une fois un roman plébiscité par les foules m'a touché et pris aux tripes. 

Car outre la joie que j’ai eu à suivre les aventures, les apprentissages et les rencontres de nos deux héros, j’ai aussi été happée par la manière dont l’auteur nous fait pénétrer leurs pensées et nous laisse être témoin privilégié de leurs réflexions intimes et profondes. Aucun changement dans leur vécu ne nous est invisible, ou du moins le croit-on.

Alors c’est avec appréhension que l’on les voit évoluer vers une ligne de conduite qui leur est propre et qui tend parfois vers la nôtre, ou au contraire nous surprend par ce qu’elle amène de questions sur le personnage concerné.
Les Faucheurs, malgré leur rôle assez désobligeant, ils sont les « anges de la Mort », réussissent à nous montrer leur compassion, leur travers ou leurs qualités personnelles dans leur manière de glaner. Chacun a choisi sa voix en fonction de ses valeurs personnelles et cela va amener on le sent des dissensions que l’on a hâte de suivre.
C’est un roman magnifiquement bien tourné qui avance lentement pour mieux nous prendre dans ses filets et nous poignarder dans le dos ensuite. Ferons-nous partie des glanés à la fin, de surprise ou obtiendrons-nous l’immunité pour avoir suivi le chemin le plus adapté à nos aspirations ?