Les chroniques de Susylee integralePrésentation de l'éditeur

24 mars 2012. C'est mon anniversaire ce soir. J'adore les anniversaires. Enfin, j'adorais avant, aujourd'hui je n'en suis plus aussi certaine, les temps changent et mes envies évoluent. Toujours est-il que celui-ci est particulier : je fête mes 102 ans !

La belle et jeune Susylee se réveille un soir sans aucun souvenir d'une vie d'avant. Un homme au teint pâle se présente comme son tuteur. Il va l'aider à composer avec sa nouvelle vie de vampire en suivant à la lettre les multiples règles liées à sa toute récente condition. Un parcours initiatique et chaotique de près de cent ans qui va redonner sens à son existence.
 

 ~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Après une enfance en Ecosse, pays qu'elle chérit et qui l'inspire puis une licence de cinéma, Cathy Coopman débute sa carrière comme scripte sur des courts-métrages, avant de devenir productrice déléguée au sein de la société 5ème Planète. Les poussières de l'aube, le tome 1 des Chroniques de Susylee est sa première entrée dans le monde de la littérature.

#Jan13 - Les poussieres de l'aube 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec les éditions Lune Ecarlate.
Sorti initialement en papier aux éditions Rivière Blanche avec cette couverture:
.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Voici un roman sur les vampires comme je les aime. Bon il est vrai qu'ils sont plutôt sexy, bourrés de talents mais cette fois ils ont aussi leur lot de misère, amour contrarié et conflits en tous genres mais principalement psychologiques. Cela amène donc sous la plume de Cathy Coopman un récit entrainant quoique pas forcément toujours empli d'action. 

Nous suivons la vie de Susylee, jeune vampire transformée à l'âge de 27 ans au début du 20e s. Au travers de sa nouvelle éducation, nous allons voir avec elle le siècle défiler, des grands événements bousculer le quotidien mais aussi des personnages historiques prendre un rôle différent dans le relationnel humains/vampires. 

Saviez-vous que le reine Victoria était le chef de file des Traqueurs de vampires pour l'Angleterre? Et qu'elle fut la première à ratifier un traité important et imposant entre leurs deux communautés leur amenant une certaine paix sous couvert de lois et règles à ne pas transgresser ? 

On découvrira avec amusement les clins d'œil de l'auteur aux éditeurs américains et à la relation d'un auteur avec ses fans, mais aussi et cela est très actuel la rencontre surprenante de son personnage avec Davie Bowie (il faut savoir que l’auteure en est fan et cela se ressent ). Le plus important dans ce texte n'est pourtant pas l'apprentissage même de la jeune femme, qui sera curieusement toujours au second plan et assez peu décrit, ce qui est important ce sont les émotions de la jeune femme.

Elle, la vampire, nous conte au fil d'une autobiographie post mortalité humaine son acheminement vers une destinée qu'elle n'a pas choisi et qu'elle ne comprend tout d'abord pas. Qui est-elle ? Qui est son créateur? Pourquoi l'a-t-il transformé puis abandonné au bon soin de Soriel, désormais son tuteur?
Là sont les grandes questions qui vont nous interpeler tout au long du récit.
Parfois de façon détournée mais toujours en filigrane Susylee se cherche, cherche ses racines pour pouvoir créer son avenir.
L'auteure a su faire de ce vampire un être sensible et particulièrement humain. Elle souffre, aime, réagit avec colère ou compassion comme les hommes.

Grâce à la plume fluide et entrainante de Cathy Coopman, aucun moment d'ennui ou de déplaisir au fil des pages qui défilent et nous entraînent. La plupart des vampires nouveaux nés oublient leur vie précédente et c'est pourquoi c'est une renaissance que vivent ces jeunes vampires à leur premier réveil. Ils doivent se recréer une identité, un lien avec le monde en se créant une nouvelle vie. 

Susylee semble s'y faire assez bien malgré des flashes récurrents qui la troublent et ne trouvent aucune réponse. Car ce qui nous tient en haleine c'est ce secret de sa "naissance", pourquoi, et surtout qui elle était avant. Mais bizarrement, comme pour Susylee, il se passe des moments où sa simple vie de tous les jours nous happe et nous fait oublier cet élément somme toute crucial. Par exemple, sa nouvelle condition d’auteure à succès nous entraîne cette fois non plus dans l’histoire mais dans les différents pays du monde.

La question revient parfois nous titiller, histoire de nous replonger dans le fil si nous avions peur de nous lasser, ce qui soit dit en passant n'a jamais été mon cas. Un élément, un souvenir, un flash ou un personnage mystérieux fait alors son apparition. Le lecteur y croit, attend une réponse, un indice, une révélation de Soriel ou d’un autre. Mais non! 

De nombreux secrets semblent donc entourer Susylee et il faudra attendre les derniers chapitres pour entrapercevoir les débuts de réponses.

Au final je dirais que j'ai été subjuguée par ma lecture au point de ne pas pouvoir m'endormir avant de l'avoir terminée. Et pourtant quand je reviens en arrière sur le roman je me rends compte que quelque part il est assez simple. Attention mes paroles n'ont rien de péjoratives. 

J'entends par là que c'est une histoire de vampires, avec leurs lois, leurs familles et leurs conflits entre eux et avec les humains. Mais ici pas de combats autres que ceux que l'Histoire nous raconte, pas de scènes d'actions dignes d'un film fantastique, ni même de prophétie miraculeuse qui changerait le monde. 

Non, seulement la vie de Susylee, vie qu'elle découvre au jour de sa transformation, sans souvenirs de son passé et qu'elle va nous amener à vivre avec elle, au travers elle pendant les 102 années avant sa majorité vampirique, date fatidique à laquelle elle peut souhaiter quitter la famille pour créer la sienne propre ou simplement vive sa vie.

Et pourtant, j'ai été happée par la plume de l'auteure, par son style, par cette histoire dans l'Histoire avec ses personnages complexes et torturés pour certains. 

Voir dérouler le fil de sa vie, ses découvertes jusqu'à la révélation finale sur ses origines m'a vraiment enthousiasmée. 

Il y a du suspens au bon moment, de l'amour aussi et des frustrations. Mais il y a surtout le personnage central, Susylee, si humaine malgré sa nature de vampire, elle a beau évoluer au fil du temps, elle ressent toujours les choses avec passion, et parfois un manque totale de retenue. 

Cependant elle apprend tout de même énormément au contact de sa nouvelle famille. Cathy Coopman a aussi su l'entourer de personnages charismatiques ou troublants.

Soriel, tout d'abord, son tuteur, la trouble profondément. Leurs relations ambigües vont jeter parfois des bases à des scènes intéressantes entre eux et à des événements importants de l’intrigue.

Les autres membres de la famille ne sont pas en reste. Chacun a un rôle important dans la nouvelle vie de Susylee. Outre son apprentissage des règles et lois, ils deviennent aussi tantôt ses amis, ses confidents ou restent plus dans le rôle de tuteurs chacun dans son domaine.

Pourtant on a beau la choyer, la garder un peu sous cloche, elle a du caractère et ne veut pas s'en laisser compter sans réagir. Cela lui vaudra quelques périodes d'abattement, de désespoir parfois ou de stase prolongée (période de sommeil genre coma où le vampire peut rester parfois des années après un choc moral ou physique). Pourtant toujours elle remontera la pente et par la ruse, la gentillesse ou la colère elle finira par obtenir des réponses.
Et ce sont ces réponses qui vont plonger le lecteur dans un marasme frustrant car elles arrivent à point nommé pour nous laisser pantelant d’interrogation et impatient de lire la suite.

Je remercie donc les éditions Lune écarlate pour cette trilogie en promo ce :mois-ci et cette découverte.
Et si vous ne l’avez pas encore lu, lancez-vous dans cette fresque vampirique sur fond d’Histoire emplie de personnages complexes et intéressants.